Un coup de pouce à l’emploi

Un coup de pouce à l’emploi
4 novembre 2013 Imprimer

La création ou l’extension d’un réseau de chaleur favorise l’emploi local tant pour la construction et l’entretien des chaufferies que pour l’exploitation du système. 

La construction, le fonctionnement et la maintenance des réseaux de chaleur sont une source d’emploi notamment grâce à la transformation des combustibles en chaleur. Des ingénieurs conçoivent et pilotent les chaufferies et réseaux, des techniciens garantissent le bon fonctionnement des équipements au quotidien, des commerciaux assurent le déploiement et l'optimisation du réseau auprès des abonnés.

Au-delà de ces emplois directs, la mise ne place d'un réseau de chaleur sur un territoire crée un élan économique pérenne : contrats pour les entreprises de BTP locales, opportunité de marchés nouveaux pour les équipementiers, développement des filières d'approvisionnement en matières premières... Un dynamisme qui favorise le développement des commerces de proximité.

Ces emplois, au cœur des bassins de vie, ne sont pas délocalisables.

Les réseaux de chaleur devraient générer 20 000 à 25 000 emplois à l’horizon 2020 : 6 000 emplois par an dans la construction de chaudières, tant que cette activité bénéficiera du développement des projets, de 4 000 à 5 000 emplois pour l’exploitation des réseaux rénovés, étendus et créés, et de 10 000 à 15 000 emplois dans les services énergétiques en aval (sécurisation du fonctionnement des chaudières, optimisation de la distribution et de la consommation). Source :  CGDD – Références avril 2011.

Découvrez le fonctionnement
des réseaux de chaleur
Choisir les réseaux de chaleur, c’est privilégier le confort, la stabilité des prix, la sécurité, l’environnement, l’emploi local,…