Les villes & les énergies renouvelables

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

Les villes & les énergies renouvelables

 

Les énergies renouvelables peuvent sembler difficiles à mettre en oeuvre en zone urbaine. Les réseaux de chaleur répondent pleinement à cette problématique et permettent ainsi aux territoires d’accélérer la mise en oeuvre de leur transition énergétique. Démonstration par l’exemple!

 

Seine-Saint-Denis. La géothermie, un des piliers de la politique énergétique de trois communes

YGéo est un nouveau réseau de chaleur géothermique qui témoigne de l’engagement de Rosny-sous-Bois, Noisy-le-Sec et Montreuil en faveur de la transition énergétique. D’une longueur de plus de 10 kilomètres, ce réseau a été conçu pour préserver le cadre de vie des habitants et pour couvrir les besoins énergétiques de plus de 10 000 équivalents-logements sur les trois communes (immeubles collectifs, équipements publics et entreprises).

 

Ventoux. Un hôpital aux petits soins pour l’environnement

Depuis 2013, l’hôpital Robert Schuman à Vantoux, en périphérie de Metz, est alimenté en énergies renouvelables et de récupération à plus de 68 % grâce au bois-énergie et à la valorisation énergétique de déchets. La sécurité d’alimentation en chaleur de l’établissement est garantie en toute circonstance, conformément à la réglementation, grâce à l’installation d’un équipement de production de secours et d’une troisième canalisation desservant l’hôpital. À terme, ce seront près de 580 lits pour 54 000 m² qui seront alimentés en énergie verte.

 

Bagneux. La géothermie profonde dans la nappe du Dogger

La centrale géothermique de Bagneux (Hauts-de-Seine) alimente en chaleur plus de 10 000 équivalents-logements à Bagneux et à Châtillon depuis l’automne 2016. Deux ans et demi de travaux ont été nécessaires pour construire ce nouveau réseau de chaleur et les installations qui le composent : forage dans la nappe du Dogger à 1 800 mètres de profondeur pour prélever l’eau à une température d’environ 65°C, construction de la centrale de géothermie, pose des canalisations, installation de 2 pompes à chaleur pour rehausser la température à 80°C et interconnexion avec le réseau de chaleur existant de Châtillon. La couverture en énergie renouvelable s’élève à 60 %, permettant l’application de la TVA réduite à 5,5 % et donc des économies significatives pour les usagers. Plus de 15 000 tonnes de CO2 seront évitées chaque année.

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

@viaseva - 19 janvier 2018 Epinal (88) le grand sapin de noël du centre ville permettra de chauffer la ville grâce au réseau de chaleur… https://t.co/rHtRTdyYaG.
@viaseva - 18 janvier 2018 Bagnère-de-bigorre (65) veut créer un réseau de chaleur alimenté par l'eau thermale pour chauffer les batiments mun… https://t.co/uZdTB7ECr7.
@viaseva - 17 janvier 2018 #CITE Comment bénéficier du crédit d’impôt en faveur de la transition énergétique ? via @lemonde #travaux #energie… https://t.co/38kvQD8Vd1.
@viaseva - 16 janvier 2018 Alban (81). Un réseau de chaleur alimenté au #bois qui satisfait ses usagers #chauffage https://t.co/Vn5XK2l9UD.
@viaseva - 15 janvier 2018 Toulouse. De nouveaux logements sortent de terre et seront raffraichis par un réseau de froid alimenté par les déch… https://t.co/d97tlwGuHc.
@viaseva - 11 janvier 2018 Energie. Quelles aides en 2018 pour passer au réseau de chaleur? #transitionenergetique #ecologie #aides https://t.co/SwnRENhhZS.

Comparez le prix et les émissions de CO2 de votre chauffage actuel avec un chauffage raccordé à un réseau de chaleur et découvrez l'énergie la plus avantageuse.

Sources : enquête annuelle du branche du SNCU et enquête Amorce sur le prix de la chaleur

Chauffage électrique

Facteur d’émission de gaz à effet de serre XXX g CO2/kWh
Coût global annuel XXX € /an

Raccordé à un réseau de chaleur...

  • Résau de chaleur > 50% EnR XXX g CO2/kWh
    Coût global annuel XXX € /an
  • Résau de chaleur moyen XXX g CO2/kWh
    Coût global annuel XXX € /an
  • Résau de chaleur < 50% EnR XXX g CO2/kWh
    Coût global annuel XXX € /an