Questions / Réponses

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

En France, les 2/3 des bâtiments chauffés par des réseaux de chaleur sont des logements ; le tiers restant est constitué essentiellement de bâtiments du secteur tertiaire (dans lesquels on compte les établissements de santé, d’enseignement...).
Oui et non. Ce qui est nouveau, c’est la prise de conscience des élus et des usagers de la valeur ajoutée des réseaux de chaleur pour préserver l’environnement, pour créer des emplois localement, pour assurer un plus grand confort et une plus grande sécurité. Autant d’avantages qui ont conduit à leur déploiement. Les réseaux de chaleur accompagnent depuis le début du siècle les mutations des villes. Ils constituent surtout une réponse concrète aux enjeux de santé publique et de qualité de l’air.
En revanche, ils sont encore trop peu répandus en France (5% de part de marché du chauffage), par rapport à d’autres pays d’Europe comme le Danemark, la Lituanie ou la Suède (50 %). Ces différences entre les pays s’expliquent en partie par les conditions climatiques et les ressources énergétiques locales, mais aussi et surtout par les politiques menées par les différents pays.
Oui, durablement. En effet, le réseau de chaleur permet de garantir la stabilité des prix grâce à l’utilisation d’énergies renouvelables ou de récupération dont les prix varient peu par rapport à celui des énergies fossiles.
Autre avantage : alors que la taxe carbone prévoit que les consommateurs de fioul domestique s’acquittent d’une taxe (TICPE) de 142,6€ pour 1 000 litres, soit 27€ de plus qu’en 2016 ; les énergies renouvelables permettent de bénéficier d’un taux de TVA réduit (5,5%) sur l’ensemble de sa facture.
L’absence de stockage de combustible et de chaudière dans les immeubles garantit aux occupants des bâtiments raccordés sécurité et tranquillité. Les installations, soumises à une réglementation plus stricte qu’une installation individuelle et à des contrôles fréquents, font l’objet d’une surveillance et d’un entretien renforcés.
C’est simple ! Il suffit d’appeler votre mairie. Vous le saurez tout de suite. Vous pouvez également cliquer sur l'espace professionnel et rechercher la rubrique « Cartographie »
Les réseaux de chaleur utilisent une part croissante d’énergies renouvelables (bois-énergie, géothermie, solaire thermique) et de récupération (ordures ménagères, traitement des eaux usées, …) dans leur bouquet énergétique. En cela, les réseaux de chaleur contribuent à la protection de l’environnement et à la préservation de l’emploi local.
Pour vous, rien ne change. Vous continuerez de régler votre radiateur comme vous le faisiez avant. Grâce aux réseaux de chaleur, vous bénéficiez d’un niveau de confort optimal et d’une eau chaude à température constante toute l’année.

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

@viaseva - 23 février 2018 Vacances à la montagne. Découvrez les stations de ski les plus responsables #ecologie #energie #chauffage… https://t.co/fgiR6GkdPB.
@viaseva - 22 février 2018 Brive (19). Un réseau de chaleur alimenté principalement par la biomasse et la valorisation énergétique des déchets… https://t.co/vbE92e2nQL.
@viaseva - 21 février 2018 RT @HeatRoadmapEU: Selon un sondage récent de @ViaSeva, le bouquet énergétique idéal pour les Français serait: 27% solaire, 19% électricité… .
@viaseva - 21 février 2018 Hauts-de-France. L'Ademe alloue un budget de 34 millions d’euros afin d’amplifier en 2018, ses objectifs de transit… https://t.co/DoYAEKbOLt.
@viaseva - 20 février 2018 Le Mans. La ville traversée par un réseau de chaleur qui permet à ses habitants d'être chauffés par l'énergie issue… https://t.co/mFZP8spUUL.
@viaseva - 19 février 2018 Bordeaux. Le plus grand immeuble de bureaux en bois de France chauffé grâce au réseau de chaleur #ecologie… https://t.co/xUpUlvTlhj.

Comparez le prix et les émissions de CO2 de votre chauffage actuel avec un chauffage raccordé à un réseau de chaleur et découvrez l'énergie la plus avantageuse.

Sources : enquête annuelle du branche du SNCU et enquête Amorce sur le prix de la chaleur

Chauffage électrique

Facteur d’émission de gaz à effet de serre XXX g CO2/kWh
Coût global annuel XXX € /an

Raccordé à un réseau de chaleur...

  • Résau de chaleur > 50% EnR XXX g CO2/kWh
    Coût global annuel XXX € /an
  • Résau de chaleur moyen XXX g CO2/kWh
    Coût global annuel XXX € /an
  • Résau de chaleur < 50% EnR XXX g CO2/kWh
    Coût global annuel XXX € /an